ethylotest-anti-demarrage-ead-help-avocat-alcoolemie-dehan-schinazi

La généralisation de l’éthylotest anti-démarrage est-elle injuste ?

Date Yohan Dehan, Article modifié le

Du fait de son coût, l’éthylotest anti-démarrage est-il injuste ? Certains avocats posent la question, suite à la généralisation du dispositif souhaitée par le ministre de l’Intérieur.

 

Comprendre ce qu’est l’éthylotest anti-démarrage ou EAD

Sur le site internet de la Sécurité routière est explicitée la raison d’être de l’éthylotest anti-démarrage ou EAD :

 

L’éthylotest antidémarrage (EAD), est un instrument de mesure du taux d’alcool dans l’air expiré associé au système de démarrage d’un véhicule. Il empêche la mise en route du moteur si le taux d’alcool enregistré est supérieur à celui autorisé par la législation.

 

Ce dispositif permet de lutter contre les accidents liés à la conduite sous l’influence de l’alcool en contrôlant certains conducteurs avant le démarrage de leur véhicule.

 

À qui s’adresse l’éthylotest anti-démarrage ?

L’organe officiel du gouvernement liste également les conducteurs concernés :

 

L’EAD peut être imposé aux conducteurs par décision judiciaire ou sur décision du préfet de département, après avis des médecins des commissions médicales ou après une infraction de conduite en état alcoolique.

 

Ce que souhaite le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour l’EAD

De son côté, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a décidé au mois de mars 2019 de généraliser à tout le territoire français ce dispositif comme possible alternative à la suspension du permis de conduire, afin d’empêcher le véhicule de rouler lorsque le taux d’alcool du conducteur est positif.

 

Le coût non négligeable de l’EAD

Mais chez certains professionnels du droit routier, la mesure questionne, du fait des critères économiques à prendre en compte. En effet, le prévenu devra compter entre 260 et 400 € la pose, selon l’installateur, et une location de matériel autour de 100 € par mois. Or, tous les prévenus n’ont pas forcément les moyens de financer ce type de matériel. Le risque est donc d’instaurer une justice à deux vitesses entre ceux qui auront les moyens et ceux qui ne pourront pas financièrement installer ce dispositif. Ces derniers pourront alors se voir infliger une suspension sèche.

 

Vous êtes sous la menace d’une suspension de permis de conduire suite à une alcoolémie ou à toute autre infraction au Code de la route ? Vous pouvez contacter dès maintenant Help Avocat pour une étude de votre dossier.




Date Yohan Dehan, Article modifié le